Alors Oui ! Le fait-main doit être considéré comme un travail à part entière

Rédigé par Nathalie LEGRAND - - Aucun commentaire

J'aurais pu tout aussi bien intitulé ce billet d'humeur "Coup de colère contre les petits prix dans le monde de la création".

Sur Facebook, il y a quelques semaines de cela, une personne s'étonnait des petits prix de vente pratiqués par certaines créatrices vendeuses. Une autre lui a alors répondu qu'elle préférait vendre à petit prix plutôt que ses créations restent au fond du placard ! Je suis intervenue en lui indiquant qu'un prix devait prendre en compte ses charges (si elle était pro), le prix des matières premières, le temps de travail passé sur sa création et les frais de port. Mais au delà de ces incontournables facteurs, le prix affiché reflétait le niveau d'importance de son amour propre.

Quelle valeur portait-elle à son travail créatif et par extension à elle même, à ses capacités, voire même au résultat ?

J'ai souvent croisé ce cas de figure et pesté contre des bijoux à moins de 10 euros. Dans le petit monde artistique, l'argent est un des rares éléments qui sert à évaluer nos compétences, la valeur du résultat de l’œuvre restant très suggestive, la formation rare et l'expérience non reconnue. Je rappelle donc pour les créatrices concernées que les prix affichés sont importants et qu'au delà d'une valeur commerciale, ils véhiculent aussi la valeur du travail. Nous (professionnelles) avons choisi ce statut en toutes connaissances de cause et devons que trop souvent engager une somme de travail beaucoup plus importante. Essayons de comprendre d'une part cette différence entre vos prix et les nôtres et d'autre part pour tenter d'avoir un petit peu plus de visibilité.

Vos petits prix nous discréditent ainsi que, d'une façon bien plus globale, le fait-main, l'artisanat, la création, l'artistique et surtout, le TRAVAIL en règle général. Notre visibilité disparaît de plus en plus dans cet océan de prix ridicules, mot que j'assume totalement. Accepter de ne pas valoriser un travail c'est le dévaloriser (une lapalissade quoique!!) et ne pas le reconnaître en tant que tel. C'est nié l'humain qui est derrière et prendre le risque de glisser inexorablement vers une perte des acquis sociaux. Et pour compléter ce triste tableau, il n'est pas rare de croiser sur les réseaux sociaux accompagnés de ces petits prix, des photos floues, mal cadrées avec des fautes orthographes bien trop nombreuses.

Alors voilà je lance un appel à toutes ces personnes qui liront ou entendront parler de mon billet. Réfléchissez à l'estime que vous vous portez et cela, je l'espère, peut-être naïvement, que le monde ne pourra que mieux s'en porter.

Partage en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Classé dans : Création - Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot djbr ? :