L'écriture : une discipline de patience

Rédigé par Nathalie LEGRAND - - Aucun commentaire

Écrire sur l'écriture ? Quelle drôle d'idée ! Et pourquoi pas !

Pour ma part, l'écriture est une discipline drastique. Elle me demande énormément de volonté, de concentration et de rigueur. Pour l'écriture d'un livre, avoir une imagination bouillante n'est qu'une partie intégrante du travail. Il faut savoir organiser et mettre en scène les événements, les personnages mais aussi être capable de créer un certain rythme dans l'histoire, tout cela afin que le lecteur ne « décroche pas », en tous les cas pas trop vite.

Concernant l'écriture de mes romans (passé et présent), l'élaboration des intrigues ne m'ont pas présenté le plus gros des obstacles. C'est le fait même de trouver le où les mots justes reflétant au mieux mes intentions, qui m'ont demandé le plus de persévérance et de constance de travail quotidien. C'est pour cela qu'il m'est arrivée souvent de passer plusieurs heures sur un chapitre, sur une page voire même sur une tournure pour en espérer, enfin, le résultat escompté. Mon bloc-note et mon stylo quatre couleurs me quittent rarement car une idée, une expression peuvent venir à n'importe quel moment et à n'importe quelle heure. Les premières lueurs de l'aube sont souvent un moment propice pour l'éclosion de nouvelles idées ou autres formules. Mon fidèle compagnon reste le dictionnaire des synonymes, il est capable, au détour d'un nom de m’entraîner ailleurs, dans une autre tournure, voire même vers un angle de vue différent voire complémentaire. Prendre de la distance et rester ouvert.

Parfois et surtout, à travers les billets d'humeur, poser les phrases m'encourage à réfléchir et à avancer. Les mots sont les liens entre mes pensées et mes interrogations. Ils m'aident à élaborer et à mettre en ordre le fouillis où le reflet de mon esprit barbouillé. Voyageur immobile, je partage intimement et complètement ce sentiment à travers l'écriture et la lecture.

Il faut rester humble face à cette discipline et accepter de laisser venir, de lâcher prise, quand dame écriture se fait désirer. Cela m'oblige, sans contrainte, à être à contre courant de ce temps sociétal qui nous incite à toujours aller plus vite pour créer, être productif et nous donner la fugace impression d'être important et d'exister : leurre du moment. Je me dois d'avancer à mon rythme dans cet art, sans culpabilité fantasmée ou réelle. Cela peut paraître une évidence, et pourtant non. J'apprends toujours et encore qu'aller à l'encontre de schémas prérequis demandent de la force et de la détermination.

A travers l'écriture, j'apprends à me connaître et à découvrir mon rythme de travail, il est lent certes mais surtout respectueux de moi-même, de mon intime et n'est-ce pas là l'essentiel. J'ai trop couru, par le passé, au risque de me perdre. Jour après jour, je m’imprègne des événements, comprends et accepte. C'est cela aussi la liberté et être libre.

Partage en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot frwk ? :