Un écart pas si grand

Rédigé par Nathalie LEGRAND - - Aucun commentaire

Comme je l’ai édicté dans mon précédent billet d’humeur, j’ai réfléchi. J’ai réfléchi autour du fait, pouvant paraître antinomique, d’être capable d’écrire sur le développement personnel tout autant que de travailler sur des romans noirs. Oui, pour être tout à fait franche, je me suis moi-même interrogée sur cette espèce de grand écart quelque peu troublant. Comment est-ce possible, dans un même cerveau, de faire cohabiter des notions de mieux-être, de bonheur, de paix, d’amour, etc. avec, tout de ce que l’âme humaine peut recouvrer de sombre (noirceur, méchanceté, vengeance, etc.)  ? La réponse à mon avis est assez simple et peut se résumer à une belle évidence. Pour comprendre la liberté, il faut avoir côtoyé des barreaux. Pour savourer la lumière, il faut avoir connu l’ombre. Pour vibrer sous l’abondance, il faut avoir subi le manque. Je pourrais multiplier à l’infini ces réalités au goût d’une banalité confondante, mais il est souvent précieux de pouvoir les dévoiler. En effet, en prendre pleinement conscience permet de les apprécier et de les vivre chaque seconde du temps qui passe.

Ce sont mes propres expériences qui m’ont amenée à savoir et pouvoir énoncer une telle certitude.

Pour compléter ma chronique, je reste persuadée que les réalisations d’un auteur (écrivain, compositeur de chanson ou de musique…) ne peuvent être décorrélées de son intime, de son vécu et de ce qu’il rencontre. Par conséquent, il élabore avec ses fêlures, ses traversées du désert, ses enchantements, ses doutes, ses chagrins, etc.

En résumé, il est ce qu’il écrit et écrit ce qu’il est. Mon œuvre ne fait pas exception à cette règle. C’est donc en cela que tous mes personnages, mes intrigues et autres circonstances déposées dans mes ouvrages reflètent quelque chose de moi ainsi que de ma vie. Cela reste sans surprise, me direz-vous ? Oui c’est certain. Alors je vous laisse me lire sans retenue afin de pouvoir ainsi avoir tout le loisir de (mieux) me connaître.

Partage en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot onmqr ? :