Dans la confusion du bien-être

Rédigé par Nathalie LEGRAND - - Aucun commentaire

Quel titre surprenant, n'est-ce-pas ? Il m'est venu suite à ma participation au salon du bien-être à Civray. Comme je l'avais précédemment écrit, j'ai pu découvrir de nombreuses pratiques servant de support au bien-être. Certaines personnes trouvent un soulagement avec la réflexologie plantaire, accèdent à une réponse avec la tarologie et cheminent au détour d'une lecture. Je pourrai dérouler cette liste à l'infini mais là n'est pas mon objectif. J'en arrive à la conclusion que chaque personne est différente et envisage « l'accès » à un mieux-être de manière personnelle selon ses ressentis et son histoire

Dans la confusion du bien-être ? Alors, pourquoi ce titre ?

Cet intitulé m'est venu du constat suivant dans le recherche de ce bien-être.

Comment m'y retrouver ? Vers qui me diriger dans ce dédale du bien-être dans la mesure où je n'irais pas bien ? Je répondrai à cette question par d'autres interrogations. Qu'est-ce que le bien-être ? Quel procédé peut se prétendre efficace pour un mieux être ? Quel objet, quel bijoux, quel procédé peuvent faire du bien ? Le bien-être est-il passager ou durable ? Si une technique est efficace pour une personne X, le sera-t-elle pour moi ? Que répondre ?

La confusion de mes interrogations est en lien avec tout ce petit monde hétéroclite que l'on peut croiser, voir, découvrir dans ce genre de manifestations. Les pratiques pour certaines inconnues voire floues, les objets dont le lien avec le bien-être ne saute pas aux yeux au premier abord peuvent embrouiller les esprits même les plus éclairés. Et puis, mon esprit taquin me fait tremper ma plume dans une encre un peu plus acide et proclamer qu'un bout de ciel bleu peut-faire du bien, une sieste peut remonter le moral, le parfum d'une fleur, sa couleur peuvent ressourcer et tout ceci sans avoir à dépenser un euro. Je m'égare peut-être, me direz-vous, pas tant que cela, car je reste persuadée qu'il existe autant de solutions que de gens. Libre à chacun de trouver la sienne.

Nullement l'idée de juger, entre ces quelques lignes, cet essor du bien-être qui je pense, en offrant un accès plus vulgarisé, donne la possibilité d'aller mieux à un plus grand nombre. Cependant il faut demeurer prudent dans l'abord de ce nouveau marché qui, il ne faut pas le nier, est le résultat de demandes conséquentes et qui donc, à ce titre là, engendre des retombées financières attractives pouvant attirer des praticiens plus ou moins sérieux.

Je compléterai ma méfiance à travers des articles de presse écrite que j'ai pu parcourir et qui relayent le Bien-être et la santé comme pouvant être des domaines aboutissant à des dérives sectaires.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2018/03/22/la-sante-et-le-bien-etre-des-domaines-particulierement-sujets-au-risque-de-derives-sectaires_5274882_3224.html

Alors que faire me direz-vous ? Rester prudent, conserver son libre arbitre, se méfiez des réponses ou des solutions toutes faites, parler à votre entourage de vos rencontres, de ce qu'on a pu vous dire, soyez curieux en allant chercher sur la toile des informations complémentaires sur une pratique par exemple, etc.

Partage en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Classé dans : - Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot lgfuqg ? :